Menu

Cart
LABORATOIRE

LABORATOIRE (4)

Epidémiologie

L'épidémiologie est l'étude des facteurs influant sur la santé et les maladies de populations. Il s'agit d'une discipline qui se rapporte à la répartition, à la fréquence et à la gravité des états pathologiques.

L'étude de la répartition et des déterminants des évènements de santé sert de fondement à la logique des interventions faites dans l'intérêt de la santé publique et de la médecine préventive.
La reconnaissance de l'épidémiologie comme champ d'étude est relativement récente, puisque la première étude significative remonte à 1854 mais elle est l'un des piliers de la santé publique et de la médecine à travers l'histoire.

Les approches de l'épidémiologiste sont variées : elles vont du « terrain » (au coeur de la communauté, souvent dans un service de santé publique) au front de la recherche et de la lutte contre l'émergence des maladies en passant par la modélisation et la veille sanitaire.

(Source Wikipédia)

 

 

En savoir plus...

Dépistage du cancer

Le frottis de dépistage (ou frottis cervico-utérin ou FCU ou frottis cervico-vaginal) est un examen médical simple, destiné à prélever des cellules provenant du col de l'utérus. C'est un examen de dépistage du cancer de l'utérus et non de diagnostic (le diagnostic est posé grâce à la biopsie).

Cet examen cytologique (examen des cellules) ne recherche pas de signe direct d'infections (telles que mycoses ou infection sexuellement transmissible), mais uniquement des cellules cancéreuses ou montrant des signes de transformation précancéreuses (cellules dysplasiques). Les cancers du col utérin sont en effet pour la plupart d'origine infectieuse (ils font suite à une primo-infection par un papillomavirus humain oncogène à tropisme génital). Ils sont caractérisés par une longue phase durant laquelle les lésions demeurent intra-épithéliales, allant de la dysplasie légère au carcinome in situ. Plus de dix ans séparent généralement la primo-infection puis les premières anomalies cytologiques (cellules de formes anormales) de l'apparition éventuelle d'un cancer infiltrant puis invasif.

Le cancer de l'utérus est le second cancer le plus fréquent chez la femme dans le monde, et le 8éme en Europe (en 1998 et en nombre de nouveaux cas par an). Selon l'inserm, de 2006 et 2008, on compte 702 femmes de tout âge décédées par an d'un cancer du col de l'utérus dont un tiers avaient plus de 50 ans. Selon l'INSEE en 2006, 76,3 % des femmes, de 25 à 65 ans, déclarent avoir eu un FCU dans les 2 ans. Celles qui déclarent n'avoir jamais réalisé de FCU sont les femmes des tranches d'âge les plus jeunes et les plus âgées. Certains pays européens ont un dépistage par FCU organisé. En France en 2010 seuls quatre départements ont mis en place une organisation de dépistage. Aucun essai clinique n'existe dans les pays développés pouvant confirmer l'intérêt d'un dépistage par FCU sur des critères de morbimortalité. Seules des études cas-témoins et des comparaisons historiques montrent une forte diminution de l'incidence des cancers invasifs du col et une baisse faible de la mortalité due au cancer par la réalisation de frottis.

(Source Wikipédia)

En savoir plus...

Diagnostic

Diagnotic du cancer du col de l'utérus.

Le principal signe est un saignement par les voies génitales, provoqué le plus souvent lors d'un rapport sexuel, et ce, en dehors de la période des règles. Mais tout saignement anormal, quelles que soient ses caractéristiques, peut révéler un cancer.

Des écoulements vaginaux sont aussi une manifestation surtout en cas d'infection surajoutée.

La douleur est très tardive.

Un examen effectué auprès de votre médecin traitant vous permettra de connaître précisément la cause des saignements.

(Source Wikipédia)

En savoir plus...

Vaccination

Le vaccin contre le VPH, le virus du papillome humain, existe sous 2 combinaisons. Le plus complet, quadrivalent (nom commercial Gardasil), est dirigé contre les papillomavirus de génotypes 6, 11, 16 et 18. L'autre vaccin, bivalent (nom commercial Cervarix), est dirigé uniquement contre les génotypes 16 et 18. Cette vaccination est recommandée pour contribuer à diminuer le risque du cancer du col de l'utérus dus aux génotypes 16 et 18, qui sont parmi les causes connues les plus fréquentes des lésions précancéreuses du col utérin (les génotypes 6 et 11 n'entraînent pas de telles lésions). Le risque d'apparition de condylomes génitaux est également réduit par le vaccin quadrivalent (les génotypes 6 et 11 sont responsables d'environ 90 % de ces affections). Les deux vaccins semblent réduire également le taux de cancers de la vulve et du vagin.

La vaccination nécessite trois injections (0, 2 et 6 mois) et offrirait une protection supérieure à 6 ans. Son coût est important (environ 150 euros la dose en été 2007).

(Source Wikipédia)

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

CENTRE DE PATHOLOGIE

PATIO DE CLUNY

97233 SCHOELCHER

MARTINIQUE

Tel. : 0596 63 23 00

Color I Color II Color III

Log In or Register

fb iconLog in with Facebook